12ème édition de l’Iftar du Dialogue : La diversité à l’honneur

Paru dans : Atlas Mtl, N°233, Du 17 au 30 juillet 2014, p 33.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici. Pour lire l’article cliquez ici.

1932694_265640306971353_8885052177194309283_oSoirée réussie du Groupe Atlas Média au Château Classique à l’occasion de l’Iftar du dialogue, un rendez-vous annuel qui réuni le temps d’une soirée de nombreux convives venus partager un souper à l’occasion du mois de Ramadan dans une ambiance festive. Au programme de la soirée, mets traditionnels marocains et musique d’ambiance avec la chanteuse Siham qui interprétait au violon l’hymne national du Maroc.
Ce douzième rendez-vous du Groupe Atlas permettait aux citoyens de rencontrer les personnalités politiques dans une ambiance bon enfant.
En effet, la présence de Mme Nouzha Chekrouni, ambassadeur de SM le Roi du Maroc à Ottawa et de nombreux invités de marque tels que Denis Coderre, Anie Samson, Franz Benjamin, David Heurtel ou encore Alexandre Boulerice était l’occasion de récompenser des personnalités qui ont eu le mérite d’œuvrer pour faire avancer la société dans laquelle ils vivent.
Les cinq personnalités qui ont été honorées lors de la soirées sont : Dory Saliba (Président de la CPCDIT), Nawel Bekhechi (Directrice de cabinet auprès de Anie Samson), Donald Jean (Réseau Diversité plus), Rachida Azdouz (responsable du développement stratégique au vice rectorat aux relations internationales à l’Université de Montréal), Belgacem Rahmani (Professeur à HEC, à L’UQAT, à l’UdeM et à l’ENAP).

Réda Benkoula

M. Denis Coderre, maire de Montréal «Mon huitième Iftar»!
« C’est toujours un sentiment de fierté de partager un Iftar. C’est mon huitième Iftar d’Atlas Media et à chaque fois je me sens chez moi. Vous avez vu la chaleur humaine avec l’hospitalité qu’il y a autour. C’est un moment qui est précieux pour moi en tant que Maire et comme individu…le fait de se retrouver tous autour d’une même table ça veut dire beaucoup pour moi. Ce que je dis à tous c’est Ramadan Moubarak Karim ! »

Mme Anie Samson, maire de Villeray-Saint-Michel-Parc Extension «Je fais partie de cette famille»
« C’est mon douzième Iftar avec Atlas Média. Pour moi à chaque fois c’est un plaisir renouvelé de partager, durant ce mois sacré du Ramadan, ce moment important et rompre le jeûne avec mes amis, mes frères, mes soeurs et ma grande famille élargie…je fais partie de cette famille. C’est un grand plaisir de le partager avec eux ce soir »

M. David Heurtel, ministre du Développement durable, de l’environnement et de la Lutte contre les changements climatiques «C’est la richesse de Montréal qui est ici
à l’œuvre»
« Je trouve que c’est une magnifique soirée parce qu’on célèbre les douze ans d’Atlas Média qui fait de grandes choses pour rassembler la communauté. On voit toute la richesse de la diversité. Vous voyez tous les élus de tous les niveaux, du fédéral, du provincial et municipal. Le Maire de Montréal est là également. On voit toute la richesse de la diversité ici à Montréal et dans un cadre très joyeux et très festif. C’est la richesse de Montréal qui est ici à l’oeuvre et c’est ce qui fait que le Québec a un merveilleux avenir devant lui parce qu’on a toutes ces personnes qui travaillent ensemble, qui communiquent, qui échangent et qui partagent. L’énergie est superbe ! »

M. Alexandre Boulerice, Député de Rosemont-La Petite-Patrie (NPD), responsable de liaison auprès de la communauté haïtienne «Une communauté envers laquelle on se sent très proche»
« Je suis très heureux ici à la soirée pour célébrer et fêter le Ramadan avec la communauté musulmane à Montréal. Je suis ici avec plusieurs collègues du NPD. La communauté musulmane et maghrébine est une partie importante de la diversité et de la richesse de Montréal, une communauté envers laquelle on se sent très proche en tant que progressiste et socio démocrate. C’est important pour nous de venir rendre hommage et transmettre nos salutations et de faire partie de leur célébrations et de leurs festivités »

Propos recueilli par Réda Benkoula

Publié dans Canada-Actu | Poster un commentaire

Nuits d’Afrique : Les artistes maghrébins en première ligne

Paru dans : Atlas Mtl, N°232, Du 03 au 16 juillet 2014, p 33.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

festival 2014Cette année encore, le festival Nuits d’Afrique sera au rendez-vous des montréalais du 8 au 20 juillet pour une 28ème édition. La programmation est riche et variée puisqu’une journée supplémentaire a été ajoutée au programme qui accueillera plus de six cent artistes en provenance de trente cinq pays. Plus d’une centaine de spectacles et activités seront présentés, incluant sept séries de concerts, dont deux nouvelles, les séries « Prestige » et « Urban Africa », dans sept salles de diffusion.
La chanteuse et animatrice Bïa qui est porte-parole de cette édition confie d’ailleurs que : « le festival tient une place particulière à Montréal…on ne retrouve pas ça ailleurs…il y a une programmation très moderne et traditionnelle comme on pourra le voir la Nuit de la Kora…le public de tout âge pourra voir les spectacles…c’est un festival qui s’affirme et qui grandit…je serai présente sur les sites…je vais me régaler en tant que spectatrice et je défendrai les couleur du festival en tant que porte-parole ».
Parmi les artistes africains, Justin Itoko alias Just Wôan qui présentera des extraits de son second album «Ikomo » se dit : « très ému de renouveler cette invitation avec Nuits d’Afrique…l’occasion pour moi de présenter le projet du Cameroun et du Canada ». Après le premier album « des reines », Just Wôan offre au public un second opus haut en couleur puisqu’il se compose d’un coffret de deux disques (français et Africain). D’origine camerounaise, l’artiste chantera aux cotés de deux autres artistes africains le titre « keulong-kem » qui est hymne au village et au pays dans la tradition africaine.
Coté maghrébin, on retrouvera le 11 juillet les Nomadic Massive, un groupe qui mélange les sonorités Haïtiennes, Algériennes et Québécoises. Cheikh Sidi Bemol se produira le 12 juillet. On notera la participation du chanteur algérien Hamid Ouchene qui avoue que « Nuits d’Afrique est une école de la vie…c’est l’occasion d’être au contact avec d’autres artistes et de découvrir d’autres styles ». Le chanteur Algérien qui s’est installé au Québec depuis quelques mois a déjà chanté au Club Balattou où il réitèrera l’expérience le 15 juillet prochain.CIMG3661
Enfin, seront présents aussi le groupe Labess qui achève une tournée en Europe avant de se produire le 19 juillet. Le groupe Labess qui se compose Nedjim Bouizzoul, de Pierre Emmanuel Poizat, de Takfarinas Kichou, de Guillaume Landry, de Blanche Baillargeon et de Nemo Vemba, navigue entre les rythmes Gnawa, Chaâbi, Flamenco et gitans. Tout un programme à ne pas rater en cette saison estivale!

Par Réda Benkoula

Publié dans Canada-Actu | Poster un commentaire

Coupe du monde 2014 : Le Petit Maghreb en liesse encore une fois

Paru dans : Atlas Mtl, N°232, Du 03 au 16 juillet 2014, p 39.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

2Les Algériens de Montréal ont fêté dans les rues l’accession de leur équipe aux huitièmes de finale du Mondial de soccer. La participation de l’Algérie aux huitièmes de finale de la Coupe du monde de soccer a provoqué une explosion de joie dans les rues de Montréal. Des centaines de membres de la communauté algérienne ont envahi la rue Jean-Talon avec fierté, après le match nul de leur équipe contre la Russie. Tout s’est passé dans l’ordre dans une rue Jean-Talon fermée de St-Michel à Pie-IX.
Au tour suivant, l’Algérie affrontait l’Allemagne. Le défi était de taille pour les Fennecs qui, pour la première fois de leur histoire, jouaient une rencontre à élimination directe à la Coupe du monde. Avec en mémoire, ce fameux jour de 1982, en Espagne où, après avoir battu cette même Manschaft, les Fennecs avaient été éliminés par l’Allemagne et l’Autriche, dont la collusion avait faussé le résultat du Groupe dans lequel ils évoluaient. C’est donc avec l’espoir de voir cette vilénie enfin punie que tout le Montréal Maghrébin a suivi cette rencontre.
L’équipe Maghrébine à justifié cette attente par un match plein, qui hélas, s’est décidé en quelques minutes, contre le cours du jeu, au profit des allemands. Mais sans rien enlever aux mérites des Fennecs, ni à la satisfaction de leur public.
Cette joie, Réda Benkoula nous la décrit dans le texte qui suit, écrit après la qualification.
« Pour la première fois de son histoire, l’Algérie a atteint la seconde phase de la Coupe du monde grâce au but égalisateur d’Islam Slimani contre la Russie.
Il faut dire que le but d’Alexander Kokorin à la sixième minute du match a assombri les regards des supporters des verts qui suivaient la rencontre dans les cafés du Petit Maghreb.
On veut y croire et le sifflet de la mi-temps donnait un coup de froid en cette journée ensoleillé à Montréal. Les services de police du poste de quartier de Saint-Michel sont disposés aux alentours du tronçon jean talon sur le coin de Saint-Michel et PieIX. Le commandant du poste de quartier de Saint Michel Monsieur Marc Charbonneau qui avait rencontré les membres de la presse quelques jours quelques jours auparavant confiait que le dispositif de sécurité permettra aux citoyens de célébrer la fête du ballon rond dans le respect et la sécurité.
Direction le centre-ville, autre lieu, autre ambiance. Au centre des sports sur la rue Sainte-Catherine, le décor tranche avec les cafés bondés de jean talon. La mixité est visible et les supporters des Fennecs en veulent encore plus. A chaque nouvelle action les voix crient : nahilou el baloun (enlève-lui le ballon) edreb (frappe). Le but de Slimani à 60ème minute met le feu dans le coeur des supporters qui comptent le temps restant. Plus que dix minutes avant la fin de la rencontre et les attaques répétées des russes crispent les visages des fans. On chante InchallahYa rabi l’Algérie qualifié, allez les verts. Au coup de sifflet qui annonce la fin de la rencontre, c’est l’euphorie. Tout le monde crie : One Two Three Viva l’Algérie !!
Direction le petit Maghreb pour la troisième mi-temps en compagnie des supporters des verts qui se réunissent tout le long de la rue Jean-Talon pour célébrer ce moment historique qui permet à l’Algérie d’atteindre les huitièmes de finale de la coupe du monde.»

Réda Benkoula

Publié dans Événements et Reportages | Poster un commentaire

Francofolies de Montréal : Rachid Taha monte avec son Zoom

Paru dans : Le Temps d’Algérie, N° 1678, Lundi 23 juin 2014, p. 16.
Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

Paru sur le journal L’initiative

20140618_221437_redimensionnerLA 26e édition des Francofolies de Montréal a tenu ses promesses en accueillant une programmation diverse et variée. Plus de 200 spectacles extérieurs et en salle étaient proposés au public qui pouvait découvrir des artistes québécois comme Eric Lapointe, le Français M, le Belge Stromae ainsi que Rachid Taha qui a offert une performance remarquable aux Montréalais. Le chanteur algérien qui est un habitué de la métropole québécoise depuis plus de quinze ans et qui a déjà clôturé le Festival de Jazz en 2007 était invité de cette édition où il a partagé avec ses fans des chansons de son nouvel album Zoom. La première partie de la soirée a été réservée à la Libanaise Yasmine Hamdane qui a interprété des morceaux de son répertoire. Puis c’est au tour de Rachid Taha d’entrer sur scène. Dès les premières notes de musique, le public multiethnique est emballé. Le chanteur de raï séduit en interprétant Djamila, Now Or Never, Algerian Tango, Bent Essahra, Barra Barra et Guerreb. Le spectacle touche à sa fin et lorsque vient le moment de chanter Ya Rayah, des fans applaudissent Rachid qui leur tend le micro pour reprendre en coeur la chanson de Dahmane El Harrachi. L’ambiance est euphorique et le public est ravi de voir Rachid Taha sur scène.

Réda Benkoula

Publié dans Canada-Actu | Poster un commentaire

Algérie-Belgique vu à partir du Canada : Espoir et désespoir à Montréal

Paru dans : Le Temps d’Algérie et L’initiative.

montreal1Ambiance surchauffée à Montréal à l’occasion du match du premier tour des Verts contre la Belgique. Algériens, Marocains et Tunisiens sont tous derrière la formation de Halilhodzic pour cette rencontre qui donne le ton et l’ambiance de cette Coupe du monde dans le petit Maghreb. Les boutiques hallal et les cafés sur la rue Jean-Talon sont aux couleurs algériennes avec les drapeaux et les fanions qui ornent les rues. La chaleur de cette journée printanière est étouffante et tous les cafés maghrébins sont bondés de supporters qui jouent des coudes pour se frayer un passage pour voir le match. Ils sont vêtus de T-shirts algériens que nombreux se sont procurés chez les vendeurs locaux à l’image de Flag Man qui ne rate aucun événement sportif pour vendre des drapeaux et des accessoires de toutes sortes aux amoureux du ballon rond.
Le but de Sofiane Feghouli, à la 25e minute du match donne de l’espoir aux supporters qui veulent y croire. La seconde mi-temps donne des sueurs froides aux fans de l’équipe nationale qui joue trop en défense, selon Boumediène, un Algérien installé depuis peu à Montréal et qui porte le t-shirt de l’équipe Nationale : «Non, ils ne gardent pas le ballon». Le but du Belge Fellaini à la 70e minute porte un coup à l’élan des supporters qui veulent toujours y croire. «On n’a pas de meneur de jeu !» Le but de Mertens, à la 80e minute décourage les plus téméraires qui quittent les cafés le cœur gros. Il ne reste plus que dix minutes avant la fin du temps réglementaire. Les dernières minutes sont éprouvantes pour les supporters des Verts qui constatent que l’écart de 2 à 1 pour la Belgique sera difficile à remonter. C’est bientôt la fin du temps réglementaire qui sonne la victoire de la Belgique au dépens de l’Algérie.

Réda Benkoula

Publié dans Événements et Reportages | Poster un commentaire

Youssef Gharbaoui : « Je travaille sur mes carnets de traces »

Paru dans : Atlas Mtl, N°231, Du 5 juin au 2 juillet 2014, p 25.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

20140522_181734Originaire de Fès au Maroc, Youssef Gharbaoui enseigne l’art à l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle à Laval. Il présente régulièrement ses œuvres lors des expositions individuelles et collectives à l’image de sa participation au Rallye-Expos de Vues d’Afrique. L’artiste travaille à partir de ses carnets de traces qu’il considère comme révélateurs de divers thèmes qu’il développe : « Parfois je m’inspire de ce que j’ai écrit et ce que j’ai dessiné sur mes carnets de traces et je les réalise sur des autres formats où sur d’autres surfaces ».
Il consulte ses carnets qui sont dans son atelier, puis il essaye de ressortir certaines formes, certains dessins et certaines images qu’il a stocké pour les remettre sous forme de tableau. Il considère qu’il est à une étape où il fait des dessins très légers et il ne préfère pas définir son art qui est un mélange de figuratif et d’abstrait. En effet, on remarque dans les toiles de l’artiste l’utilisation des techniques mixtes qui regroupent le dessin, la peinture, le collage, la gravure, la lithographie et le transfert d’images.
Dans ses travaux, il y a peu de couleurs vives, cependant, il utilise la couleur noire qui donne un beau résultat, ce qui permet à l’œuvre de respirer. C’est d’ailleurs un choix esthétique lorsqu’il travaille sur la matière : « Le choix du noir, n’est pas du à l’émotion, mais plutôt à un choix esthétique, je travaille beaucoup sur le support…je travaille sur du papier…j’utilise la matérialité du papier…le support est très présent ».
L’artiste travaille aussi sur un projet de livre d’art qui est subventionné par une bourse du ministère de la culture et qui est à la phase de finalisation.

Réda Benkoula

Publié dans Canada-Actu | Poster un commentaire

Festival de la bande dessinée de Montréal : La BD algérienne à l’honneur

Paru dans : Le Temps d’Algérie, N°1661, Mardi 3 juin 2014, p. 16.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

Article publié aussi sur le journal L’initiative et sur le site Scoop.it.

10402395_675768752488739_5770717441911320529_nC’EST dans le cadre du Festival de la bande dessinée de Montréal que les bédéistes algériens ont été invités pour une troisième édition au Parc Lafontaine. Au total, une centaine d’auteurs, une quarantaine d’exposants pour un événement gratuit qui accueillait petits et grands. Cette année, le festival célèbre plus de cinquante ans de BD algérienne qui s’est taillée une place riche d’histoire et qui offre, sous des airs d’humour, de révolte et de nostalgie, un portrait humain et authentique du pays. Pour l’occasion, des planches de différents auteurs sont présentes jusqu’au 22 juin 2014 où l’on peut apprécier les Carnets d’Orient, de Jacques Ferrandez, ou encore l’exjournal satirique El Manchar.
Au cours de cette édition, les visiteurs ont eu le plaisir de rencontrer des auteurs algériens qui ont signé des autographes aux amoureux de la BD. On pouvait rencontrer Gyps, l’auteur de Algé-rien et Algérien de France, le mangaka Saïd Sabaou, ainsi que Defali Djillali, présent avec son album Assassin’s Creed, qui a été adapté en jeu vidéo, un hit bien connu des fans du genre. Invitée à Montréal, Madame Dalila Nadjem, commissaire du Festival international de la bande dessinée d’Alger, confirmait que la participation algérienne avait dépassé les attentes prévues : «Nous avons vendu presque tous les livres que nous avions ramené… Il y a une demande qui a dépassé nos attentes. J’ai vu qu’il y a une demande qui s’intéresse au colonialisme et à la guerre d’Indépendance.» Madame Nadjem ajoutait d’ailleurs que cette participation est la première d’un long programme qui va mener la BD algérienne au Salon international du livre à Alger (SILA 2014), au Salon du livre à Montréal et au Festival de la BD à Toronto à l’automne prochain.

Réda Benkoula

Publié dans Canada-Actu | Poster un commentaire

Visite à Montréal : Vive l’été !

Paru dans : Atlas Mtl, N°230, Du 22 mai au 4 juin 2014, p 36.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

IMG_1286Si IMG_0982la ville de Montréal est connue pour son ambiance hivernale, elle l’est aussi pour son air festif durant l’été qui commence avec ses multiples festivals tels que les FrancoFolies, le Festival de Jazz, les Nuits d’Afrique, Mutek, Orientalys, Juste pour rire.
Qui dit Montréal, dit bien entendu les Montréalais qui sont accueillant par nature, en démontre la diversité culturelle qui caractérise la métropole au caractère inclusif. Certains quartiers sont d’ailleurs connus pour leur coté pittoresque, mais aussi pour l’intensité de l’activité commerçante et culturelle que l’on peut découvrir en sillonnant Chinatown, la Petite Italie, Côte-des-Neiges ou encore le Mile End au Plateau-Mont-Royal…
Montreal Direction le vieux Montréal et la place Jacques-Cartier qui ne désemplissent pas de touristes en raison des nombreux saltimbanques qui animent l’endroit. Le dédale de rues couvertes de pavés est d’ailleurs très caractéristique de cet ancien quartier qui abrite de nombreuses galeries d’arts sur la rue Saint-Paul.
En observant les anciens édifices du vieux Montréal, on se rend compte que les premiers étages sont plus hauts que les étages supérieurs. Leurs fenêtres sont plus grandes et offrent plus de clarté. IMG_0860La raison à cela est historique : à l’époque, les premiers niveaux étaient destinés aux maîtres des lieux et nécessitaient plus de confort que les étages supérieurs qui étaient réservés quant aux servants et aux bourses plus modestes ! Cette architecture qui est le témoin d’une ancienne époque, contraste avec les standards actuels de l’immobilier qui sont plus dispendieux à mesure que l’on gravit les étages.
IMG_0045Le vieux port, qui jadis abritait toute une activité portuaire, a laissé place à un aménagement touristique où l’on peut visiter le Marché Bonsecours, la Tour de l’Horloge, le Centre des sciences de Montréal. IMG_1270On peut aussi marcher le long de la marina pour contempler le fleuve Saint-Laurent.
Au loin, on peut observer l’île Sainte-Hélène qui abrite plusieurs installations importantes telles que la Biosphère et le parc d’attractions La Ronde qui accueille chaque année les feux d’artifice Loto-Québec.
Durant l’été, petits est grands peuvent se rendre à l’Île Sainte-Hélène pour profiter des Week-ends du monde pour partager les cultures et les traditions de différents pays. Ils peuvent se rendre au Jean-drapeau pour assister au Championnat du monde de Formule 1, un rendez-vous annuel des amoureux des grosses cylindrés qui commence quelques jours plus tôt sur la rue Crescent au centre-ville où l’on présente une série d’activités en lien avec le Grand Prix du Canada. Le centre-ville qui est le siège de nombreuses entreprises est aussi une attraction touristique que ce soit pour faire du shopping ou pour visiter les musées, tels que le Musée des beaux-arts, le Musée McCord, le Musée Redpath, le Centre Canadien d’Architecture, le Musée d’art contemporain ou encore la Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Montréal, c’est aussi le parc Maisonneuve qui comprend le Jardin botanique. Grâce à sa collection de plantes, de serres d’exposition et sa trentaine de jardins thématiques, le Jardin botanique est considéré comme l’un des plus importants au monde. Non loin de là, se dresse le stade olympique. Surnommé aussi le Big O, il est le plus grand stade du Canada avec notamment sa tour penchée de 165 mètres de haut. Le Biodôme et le Planétarium sont aussi des lieux à ne pas rater.
Pourtant, où que l’on soit à Montréal, il n’est pas un lieu qui peut échapper au regard des visiteurs que celui de l’oratoire Saint-Joseph qui se situe sur le site du Mont-Royal. L’endroit qui est ouvert au public attire environ deux millions de visiteurs chaque année, provenant de toutes les parties du monde. De là, on peut gravir la colline du Mont-Royal pour se rendre sur l’esplanade du belvédère qui offre une vue imprenable sur le centre-ville…

Par Réda Benkoula

Publié dans Tourisme Québec | Poster un commentaire

Cinéma : Le festival de Khouribga, hôte des Vues d’Afrique

Paru dans : Atlas Mtl, N°229, Du 8 au 21 mai 2014, p 31.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici.

khouribga2014Iz-eddine Gourirran, Directeur de production du Festival du cinéma africain de Khouribga au Maroc était l’invité de la 30ème édition du festival de Vues d’Afrique. A cette occasion, Monsieur Gourirran est revenu sur la politique marocaine dans le domaine cinématographique au cours des dernières années. Le soutien des autorités marocaines est d’ailleurs un élément important qu’il faudra retenir, dans la mesure où il aura permis au festival de tisser des liens étroits avec le cinéma d’Afrique sub-saharien, tels que le Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) ou encore Vues d’Afrique. Pour la 17ème édition du festival de Khouribga qui se déroulera du 14 au 21 juin prochain, un hommage sera rendu au cinéma de Côte d’Ivoire et « C’est eux les chien » du réalisateur Hicham Lasri sera diffusé dans la section Panorama. Le film vient d’ailleurs de recevoir le Prix long-métrage pour l’audace dans la mise en scène et l’utilisation subjective de la caméra lors du festival du cinéma de Vues d’Afrique. En effet, ce rendez-vous annuel du 7ème art a fait la part belle en récompensant le cinéma maghrébin puisqu’en plus du film « C’est eux les chien », l’acteur vedette de la production Hassan Ben Badida, a lui aussi été primé pour son interprétation touchante et réaliste. Le Prix court-métrage a été attribué au film « Les jours d’avant » de Karim Moussaoui pour la construction scénaristique et la qualité de la mise en scène. Quant à « Qanis », de Reda Mustafa, il aura reçu une mention spéciale pour le thème abordé et pour l’interprétation de l’acteur principal Lounès Tazairt.

Par Réda Benkoula

Publié dans Vues d'Afrique | Poster un commentaire

Festival Vues d’Afrique : Le Maghreb à l’honneur

Paru dans : Atlas Mtl, N°227, Du 10 au 23 avril 2014, p 32.

Pour télécharger la copie du journal en format PDF cliquez ici. Pour lire l’article sur Atlas cliquez ici.

Print Le festival international du cinéma de Vues d’Afrique qui fête cette année son 30ème anniversaire permettra au public de découvrir de nombreux films du 25 avril au 5 mai dans plusieurs lieux à Montréal, à Québec et à Ottawa.
La programmation du festival qui se veut avant tout un regard sur le monde, permettra aux spectateurs de découvrir des productions africaines, européennes et canadiennes. Pour Madame Géraldine Le Chêne, le chemin parcouru depuis plusieurs années continue à s’agrandir : « Tous ceux qui veulent voir les meilleurs films en compétition internationale sont les bienvenus et ceux qui veulent faire partie de la grande famille de vues d’Afrique sont les bienvenues…On est ouvert sur le monde quelque soient nos origines…On n’a pas besoin d’être africain pour comprendre les choses ».
CIMG2954La programmation du festival qui se veut un peu rebelle aux dires de Madame Le Chêne a aussi une vocation militante : « On est là pour montrer que oui tout va bien, mais il y a des choses qui peuvent aller mieux…On veut des choses intéressantes qui vont interpeller les gens qui vont plaire au public et le questionner ».
En effet, cette année les productions maghrébines sont nombreuses à l’image du film tunisien « Millefeuille » de Nouri Bouzid qui raconte l’histoire de deux jeunes filles, Zaineb et Aïcha, symboles de la Révolution en Tunisie. Toutes deux se battent pour leur indépendance, pour gagner leur liberté et luttent contre les carcans religieux et culturels établis par une société qui hésite entre modernité et traditionalisme. Dans le même registre, « C’est eux les chiens » de Hicham Lasri, suit le récit de Majhoul, qui a été emprisonné en 1981 pendant les émeutes du pain au Maroc et qui est relâché en 2011 au moment où éclate le printemps arabe au Maroc. 30 ans plus tard, Majhoul doit faire face à une évolution de la société et de la technologie et il doit apprendre à y trouver sa place. La tension sociale est aussi abordée dans le film algérien « Iminig (exil) » de Menad Embarek. Le film raconte le destin de Moussa qui prend en charge sa mère qui est en fauteuil roulant suite à l’assassinat de son mari par les islamistes. Moussa enfouit ses rêves sous le poids de son devoir envers cette mère et se questionne sur la possibilité et les conséquences de l’exil.
Les festivaliers auront ainsi le loisir de faire leur choix et découvrir les productions parmi la centaine de films qui est programmée…

Par Réda Benkoula

Publié dans Vues d'Afrique | Poster un commentaire